Allgemein

IMMIGRATION: RÉINTEGRATION DANS LE PAYS D’ORIGINE, MAIS COMMENT?

La réintégration est l’un des facteurs clé durables de la réussite de la réinsertion des migrants de retour. Si ces derniers sont de plus en plus conscients de la nécessité de préparer leur retour, le processus de réintégration n’est pas toujours évident à mettre place.

Lorsque l’on parle de migration, on pense toujours à l’émigration c’est-à-dire au départ des individus. Cependant, la question de leur retour est peu étudiée voire négligée. Il est donc important de se préoccuper de cette migration dite de retour. Comment se déroule-t-elle et surtout pour ceux désireux, et/ou ayant la possibilité de rentrer. Il s’agit par-là de leur réadaptation et plus explicitement, leur réintégration.

Avant le départ c’est le retour

L’émigration peut se faire volontairement (raisons d’expatriation ou financières, politiques, socio-culturelles, académiques…) ou involontairement (conflits, exil, [..]). Celà  implique de se poser la question d’un probable retour avant même de quitter son pays.

Central American Migrant Movement on Mexico's Southerm Border

Cette décision peut être reportée dès lors que le départ a déjà été effectué et que les réalités du pays étranger sont différentes des attentes. Toutefois un retour volontaire ne se fait pas du jour au lendemain, sauf si ce retour est lié à un seul individu qui peut décider à tout moment de sa destination. Dans la plupart des cas l’on parlera de chercher le meilleur moment, la bonne période pour le retour. Il est donc facile d’éprouver un désir de retour qui n’est pas lié à un acte. Toujours est-il qu’un retour se prépare dès le départ. Mais pourquoi envisager un retour dans son pays d’origine?

Migrant2

Pourquoi retourner dans son pays d’origine?

Beaucoup diront qu’il est mieux de s’installer et vivre à l’étranger surtout quand on a en esprit des expressions telles « Nul n’est prophète en son pays » ou encore la citation de Malek Chebel « Le retour au pays a toujours été un problème, la joie indicible se mêlant presque instinctivement à la crainte de ne plus se sentir chez soi, d’être devenu un étranger ». Sans vouloir faire allusion aux différentes raisons politico-économiques qui poussent certains individus à quitter leur pays d’origine, il faut noter que, quitter son pays, ses origines n’est toujours pas facile. Celui ou celle qui a la chance d’envisager un retour doit le faire non seulement par patriotisme (on est toujours à l’aise chez soi, car pour les autres en tant que immigré ou expatrié, on est et restera toujours un étranger), mais aussi pour la fierté de soi-même « identité ». Dans ce cas quand faut-il envisager son retour?

Lutte2

Le retour est-il un problème?

Le problème n’est toujours pas de prendre la décision de retourner mais de s’adapter aux nouvelles conditions de vie, l’environnement qu’on a quitté jadis pour des raisons quelconques. Dans ce cas l’on parle de réintégration. La réintégration dépend aussi le plus souvent de l’intensité de la relation avec pays d’origine. C’est à dire pendant la durée de l’émigration ou expatriation combien de fois le pays d’origine a été visité; quels sont nos rapports socio-culturels avec le pays d’origine; avait-on des possibilités de vivre sa culture (langue, alimentation, musique, actualités etc.)?

Migrant3

Autant de questions qui déterminent le processus de réintégration des migrants dans leur pays d’origine. Il peut s’avérer que ces derniers soient complètement éloignés des réalités environnementales et socio-culturelles de leur pays d’origine. L’on parlera de déracinement pour décrire cette situation où un Émigré se sent étranger à sa culture ou à son pays d’origine. Par ailleurs selon le pays d’Immigration, il existe des organisations qui aident les Immigrés à préparer leur retour. Ces aides sont d’ordres sociaux jusqu’au financement de création d’entreprises. Tout ceci dans le but de faciliter la réintégration.

Central American Migrant Movement on Mexico's Southerm Border

Pour conclure il est impératif de savoir qu’entretenir des rapports et des contacts intensifs avec son pays d’origine est important. Garder le contact avec les hommes (parents, familles, amis etc.), la culture et les traditions d’origine à fin d’éviter un déphasage lors du retour. Malgré l’éloignement, on reste proche de sa terre natale à travers l’actualité dans les réseaux sociaux et les différents canaux de communication (Radio, Télévision) qui sont en ligne. Alors si vous songez à un retour ou à un départ, il est nécessaire de s’y préparer à fin d’éviter un choc. Ce qu’il faut retenir de cet article est que « le retour au bercail (pays d’origine) se prépare dès le départ ».

Pierre C. Engama à Bediang & La Team

À lire aussi:

https://www.returningfromgermany.de/

https://www.iom.int/fr/aide-au-retour-volontaire-et-la-reintegration-avrr

http://www.migrant.info.pl/depart-volontaire-kopia.html

http://www.ofii.fr/retourner_dans_son_pays_57/

Publicités

2 réponses »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s