Allgemein

IMMIGRATION: OBLIGATION MONDIALE, LA PART AFRICAINE !!!

    Selon l’Article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH)*/98, « Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.»  Au vu de cet article, nous pouvons légitimer l’Immigration qui est un droit prévu par la DUDH. Cependant afin de réguler cette Immigration certaines règles ont été créées et adoptées. La résultante du non-respect de ces règles est la clandestinité.

     Stadt4

   Depuis ces dernières années, nous pouvons remarquer que cette immigration clandestine concerne toutes les classes de la société civile. En effet, même s’il est vrai que cela touche principalement les classes les plus basses de la population, nous pouvons noter que, de plus en plus de « gros bras » ayant conscience des risques encourus, ont aussi recours à ces solutions de transport aléatoires et dangereuses, et font le voyage dans des conditions périlleuses. Face à ce phénomène qui se montre avoir des conséquences aussi bien néfastes pour le migrant, le pays d’origine ainsi que le pays de destination, il est donc légitime de se demander à qui la faute? Quelles sont les principales causes de cette migration? Nous nous focaliserons ici sur la responsabilité des pays d’origine dûe justement au manquement de leurs obligations.

African Student Association National Conference

African Student Association National Conference

La responsabilité du pays d’origine des migrants est mise en cause

Il est important ici de souligner que malgré le caractère néfaste de cette migration, les causes sont nombreuses. Parmi elles, nous pouvons notamment déplorer l’irresponsabi-lité des différents États fautifs de ces flux migratoires.

    Les peuples se déplacent pour deux (2) raisons: l’insécurité dans leurs pays respectifs; et deuxièmement les régimes en place ne donnent pas la possibilité aux populations de s’exprimer et d’entreprendre librement dans leurs pays. Il est clairement visible ici que la principale cause est la détresse liée à la mauvaise qualité de la vie dans les pays d’origine.  Les difficultés qu’ils rencontrent dans leur pays poussent des milliers de migrants des pays dits du Sud à préférer l’exode, même clandestin en quête de meilleures conditions de vie. Ces derniers fuient des régimes dictatoriaux où les violences,  persécutions sont nombreuses et dans lesquels la liberté de presse et d’expression est quasi-inexistante. Outre cette situation liée aux régimes autocratiques, nous pouvons observer que ces pays sont majoritairement en situation de guerre civile. De ce fait ces migrants vivant dans la peur au quotidien se voient contraints de se lancer à la recherche d’un « Eldorado ».

le-taux-de-chomage-a-bondi-au-troisieme-trimestre-2015-a-10-2-de-la-population-active-en-france-metropolitaine_5475658

    À cela nous pouvons ajouter, une mauvaise qualité de vie liée aux  inégalités économiques et sociales (nous pouvons prendre l’exemple des « réseaux » au Cameroun ou tout se fait par « piston »), chômage,  la  misère, aux épidémies, la précarité. Il existe par exemple en Afrique un protocole qui existe : le protocole de Rabat, qui permet aux États pour réfléchir afin de trouver des solutions palliant à ces problèmes. Cependant nous constatons avec regret, que ces États ne font rien au grand dam de leur population. C’est à l’Afrique de résoudre le problème en amont avant que l’Europe le fasse en aval. La racine du problème de l’immigration clandestine se trouve dans deux maux : politique et économique. Tant qu’il n’existera pas de politiques qui peuvent résorber la pauvreté et le chômage particulièrement des jeunes, l’immigration clandestine sera un drame humanitaire qu’on ne saura ni contenir ni maîtriser.

S

    Ces derniers jours, nous avons assisté à une mobilisation mondiale des migrants dans le monde afin de « dire non ! » à la vente des migrants en esclavage dans les pays d’Afrique du nord notamment en Libye. Nous avons participé à l’une d’elles se déroulant à Berlin le 25 novembre 2017 au cours de laquelle un jeune Camerounais ayant pris la route nous explique :

« Rester là-bas pour moi équivalait à mourir et, ayant connaissance des conséquences, partir aussi. Cependant s’il arrivait lors du voyage que je meurs, au moins j’aurai essayé d’améliorer mes conditions de vie et peut être plus tard celle de ma famille. Alors j’ai pris la route avec la rage au cœur et l’envie de réussir peu importe les risques et obstacles rencontrés sur ma route. Mon voyage a duré quatre (4) longues années dans des conditions de vie drastiques et inhumaines. Mais en quittant le Cameroun j’avais conscience de cela. Certes ce n’est pas l’Eldorado dont je rêvais, mais j’ai atteint mon objectif et si cela était à refaire, je le referai probablement. »

   Migrants

Cela nous renvoie aux propos de Fatou Diome sur le plateau de « Ce soir ! (ou jamais) » au cours duquel la femme des lettres nous explique :  » Si on voulait sauver les gens dans l’Atlantique, dans la Méditerranée, on le ferait, parce que les moyens qu’on a mis pour Frontex, on aurait pu les utiliser pour sauver les gens. Mais on attend qu’ils meurent d’abord. C’est à croire que le « laisser mourir » est même un outil dissuasif. Et je vais vous dire une chose: ça ne dissuade personne, parce que quelqu’un qui part et qui envisage l’éventualité d’un échec, celui-là peut trouver le péril absurde, et donc l’éviter. Mais celui qui part pour la survie, qui considère que la vie qu’il a à perdre ne vaut rien, celui-là, sa force est inouïe parce qu’il n’a pas peur de la mort ». Lors de son Interview, l’intellectuelle a accusé les pays occidentaux sur leur hypocrisie à ignorer leur responsabilité dans ce phénomène qui endigue le développement de notre société.

Fatou.jpg

Fatou DIOME

Si l’Afrique est responsable de sa mauvaise politique interne, sa croissance exclusive et non inclusive, son développement économique orienté vers l’enrichissement d’une classe politique égoïste, l’Europe par contre doit s’interroger sur sa politique d’immigration ou encore la revisiter. Parler des responsabilités des pays d’origine ne peut pas dédouaner » l’Occident de leur responsabilité sur ce phénomène. Il est donc important pour les gouvernements Africains de pratiquer une éducation prônant l’Entrepreunariat à fin de responsabiliser ses populations pour faire face au chomâge, l’exode des populations et le développement des villes et régions. Cette éducation et sensibilisation peut commencer déjà par les plus petits, car ce cont eux les « Grands » de demain.

P.C. Engama à Bediang & LA TEAM

 

À lire aussi:

https://www.youtube.com/watch?v=5cCOQq7jrIw

https://www.youtube.com/watch?v=whtrYRRey8Q

http://www.linfodrome.com/societe-culture/35206-immigration-clandestine-et-esclavage-en-libye-l-ong-carped-lance-une-coalition-de-jeunes-leaders-africains-pour-eradiquer-le-phenomene

Publicités

4 réponses »

  1. Afrique ma belle Afrique. Ne dit-on pas de l’Afrique qu’elle est une femme? Mais même si nous autres sommes prêts à l’aimer malgré ses bosses il reste évident que si elle s’améliore nous l’aimerons d’avantage.

    Comme vous le dites si bien si notre cher continent souhaite avancer et se développer elle devrait rectifier certaines choses. Mais elle doit tout d’abord reconnaître ses erreurs ce qui n’est pas toujours évident puisque selon eux c’est toujours de la faute du « méchant blanc » ou particulièrement du Français.
    Comme le dit Fatou Diome elle doit aussi remplir ses obligations envers ses citoyens. Ce qui n’est pas le cas actuellement.
    Instaurer des États de droits etc vous avez dit l’essentiel dans votre article que je trouve plus détaillé que le précédent. C’est tout ce dont elle a besoin pour evoluer.

    Tant que nous Africains continueront à penser à notre intérêt et nos à celui de nos enfants et générations futures, notre maison restera toujours dans le RDM (reste du monde).

    Aimé par 1 personne

  2. Je pense que nous membres proche ou lointaine de la diaspora Africaine partageons le même sentiment. Il serait temps que notre cher continent se mette debout et pour ce faire il devra d’abord diagnostiquer ses maux et d’administrer un traitement. Je sais que beaucoup pensent que L’Afrique se relevera seulement quand elle aura chassé l’Imperialiste. Cependant il est nécessaire que celle-ci adopte une position autre que victimaire pour pouvoir evoluer.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s